Catalogue Noël 2016

  • « Retour au catalogue
  • 010. Marcel ARLAND (1899-1986) écrivain

  • 010. Marcel ARLAND (1899-1986) écrivain Image
  • Manuscrit autographe signé, Matisse, [1956] ; 6 pages in-4. Belle chronique sur Henri MATISSE, publiée dans la Nouvelle Revue Française en novembre 1956, à l’occasion  de l’exposition rétrospective d’oeuvres de Matisse présentée par le Musée national d’Art moderne, à Paris. Devant  cette centaine de tableaux qui permettent de suivre l’évolution du peintre et de découvrir « les caractères essentiels de son génie », Arland ressent surtout une attente, « car l’aboutissement et la clé de son oeuvre se trouvent ailleurs ». Il passe en revue les axes principaux de l’exposition : les premières oeuvres ; la période des nues, dormeuses et odalisques ; le tournant marqué par Le Rêve, etc. Il estime que les dessins de Matisse appellent une exposition plus vaste, car « le dessinateur, qui n’a recours qu’aux signes, l’emporte sur le peintre »… Il relève  cependant deux « oasis, deux oeuvres exquises, dépouillées, mais frémissantes, la grâce même et la plus rare, le raffinement le plus subtil », La Robe violette et La Jeune Fille devant la fenêtre, toutes deux de 1942. « Reste que le haut rêve de Matisse, son haut lieu, et le mieux accordé à son génie, c’est Vence. Je doute que cette chapelle
    réponde à sa destination. Elle est plus proche de Plotin que du Christ. Si l’on admet que là où se trouvent la beauté et le recueillement, Dieu est aussi, ou du moins se laisse pressentir : on ne lui refusera pas une sorte de caractère religieux, mais dans cette seule mesure. C’est la chapelle de Matisse. Tout y est signes, délicate et savante austérité. Elle ne manque certes pas de rayonnement ; et même elle a son chant propre, très pur, un peu froid, mais noble – qui, plus que du coeur, vient de l’esprit ».

  • 700

  • 700